L’équipe blackjack d’étudiants du MIT est devenue célèbre au début des années 90 pour avoir gagné des millions de dollars au black jack en comptant les cartes. Un film s’est inspiré de cette histoire : Las Vegas 21, sorti en juin 2008.

Ce collectif de jeunes étudiants surdoués s’est formé à Cambridge, sur les bancs du MIT, la plus célèbre université de sciences aux Etats-Unis, et se concentrait sur un sujet très particulier : les jeux de casino, spécialité black jack. Ils ont réalisés, quelque chose de connu par les experts, que le black jack est le seul jeu que l’on peut battre au casino.

L’opération

Le black jack donne statistiquement un avantage faible à la maison par rapport aux autres jeux de casino. En plus de la stratégie de base qui indique quand tirer ou rester, les joueurs peuvent utiliser une combinaison de stratégies de mises, de comptage de cartes et de suivi du mélange des cartes pour améliorer leurs probabilités. Le comptage des cartes est une compétence assez difficile à acquérir, mais depuis les années 60 de nombreuses techniques ont été publiées pour le faciliter.

La possibilité de gagner des sommes importantes a attiré l’attention de ces étudiants mathématiciens du MIT. L’université a des clubs de jeu de cartes, mais ces étudiants ont décidé de développer leur hobby. Le groupe a combiné les avantages du joueur individuel avec une approche en équipe du comptage de cartes pour maximiser leurs revenus et déguiser leur comportement. Le chef de l’équipe, Johnny Chang, dit dans son interview en 2002 dans le magazine Blackjack Forum, qu’en plus des techniques de comptage, le groupe utilisait des méthodes de suivi de mélange de cartes et de suivi des as. Alors que les techniques de comptage de cartes peuvent donner une avantage de 2%, le mix utilisé par l’équipe MIT leur donnait un avantage de 4% sur le casino. Néanmoins, Chang a admis qu’ils avaient des difficultés à maintenir ce niveau d’avantage dans le jeu réel au casino, et que leurs meilleurs résultats venaient du comptage des cartes.

L’équipe de base recrutait des étudiants à l’aide de tracts distribués sur le campus. L’équipe testait les étudiants intéressés pour trouver les candidats adéquats, et s’ils l’étaient, ils les entraînaient.

Le plan

L’équipe était construite sur la plus grosse innovation depuis le livre de Thorp sur le comptage des cartes : la division du travail. Alors qu’il est très facile de détecter un compteur de cartes isolé, qui augmente et baisse ses mises selon le décompte en cours, il est beaucoup plus difficile de détecter une équipe de compteurs travaillant ensemble, qui divise les rôles du comptage et du jeu entre des joueurs qui ont l’air de n’avoir aucune relation.

L’équipe MIT recrutait de nouveaux talents dans le pool de matheux de l’université pour changer les visages de ceux qui gagnaient. De plus, chaque joueur avait une fausse identité pour échapper à la surveillance des casinos.

Il y’avait trois rôles principaux dans cette équipe : les Détecteurs (Spotters en anglais), les Gorilles (Gorillas) et les Gros Joueurs (Big Players). Les Détecteurs étaient des joueurs qui ne gagnaient pas, qui jouaient à une table en comptant les cartes tout en misant toujours le minimum. Lorsque un décompte devenait positif, c’est à dire avantageux pour les joueurs car le ratio de cartes fortes dans le sabot est important, le Détecteur le signale au Gorille ou au Gros Joueur. Les Gorilles ne comptaient pas du tout : ils jouaient simplement de grosses mises quand on leur disait de le faire. Les Gros Joueurs étaient des Gorilles avancés, qui comptaient avec les Détecteurs lorsqu’ils étaient appelés à une table et réussissaient à déjouer l’attention du casino en variant leurs mises. Dans chaque cas, l’important était de pouvoir jouer de grosses mains (1000 $ ou plus) sans se comporter comme un compteur de cartes. Et comme les Gorilles et les Gros Joueurs ne venaient sur la table que lorsque le sabot était ’brûlant’ (bon ration de cartes fortes), ils ne pouvaient être accusés de compter les cartes. Evidement le management et les surveillants du casino se sont fait abuser, n’imaginant pas qu’une organisation du comptage de cartes puisse exister.

Les rôles

Le Back-Spotter (Détecteur Caché)

Le Détecteur Caché peut compter les cartes sans être assis à la table de blackjack. Lorsque le compte est brûlant, il le signale à l’équipe.

The Spotter (Détecteur)

Le Joueur compte les cartes en jouant à la table. Les casinos détectent les compteurs de carte en regardant les augmentations ou diminutions de paris, un signe certain que le sabot est devenu brûlant ou froid. Lorsqu’il est temps de parier gros, les détecteurs informent leurs coéquipiers.

The Gorilla (Gorille)

Le Gorille ne compte absolument pas : il ne fait que parier gros, tout le temps. Typiquement, il adopte une attitude de millionnaire saoul qui de l’argent à claquer. Les Détecteurs s’assurent que les gorilles aient des sabots à leur avantage en leurs indiquant les bonnes tables.

The Big Player (Gros Joueur)

Le Gros Joueur apparaît comme un type de joueur bien connu des casinos : Le joueur qui mise de grosses sommes pour s’amuser, qui au fil des heures dilapide son argent malgré ses compétences de jeu. En fait, c’est un Détecteur avec un porte monnaie de Gorille. Il ne compte pas seulement les cartes, il suit aussi le mélange des cartes fortes. Le Gros Joueur joue toujours sur un bon sabot, de façon à ne pas avoir à baisser ses mises.

Les signes entre joueurs

Les joueurs se signalaient les sabots chauds et le décompte grâce à différents signes. Ainsi, les détecteurs croisaient les bras pour signaler que la table était chaude, le Gros Joueur venant alors s’y asseoir jusqu’à ce que le sabot soit épuisé ou redevienne froid... le décompte était indiqué en utilisant des mots particuliers :

+1 = Arbre

+2 = Changer

+3 = Tabouret

+4 = Voiture

+5 = Gant

+6 = Pistolet

+7 = Craps

+8 = Billard

+9 = Chat

+10 = Bowling

+11 = Football

+12 = Œuf

+13 = Sorcière

+14 = Anneau

+15 = Paye

+16 = Sucré

+17 = Magazine

+18 = Isoloir

Lorsque le sabot devient froid, le détecteur passe sa main sur le front et le gros joueur passe à une autre table.

La fin de l’équipe MIT

L’entreprise de sécurité qui traquait les compteurs (MIT et autres) se nommait Griffin Investigation. Ces jeunes qui jouaient des centaines de milliers de dollars sont devenus suspects, c’est bien plus que ce que devrait jouer un étudiant. Finalement, après quelques WE perdants, l’équipe originale s’est démantelée d’elle même, alors que de nouvelles équipes de jeunes étudiants reprenaient la main. L’histoire dit que de nombreux étudiants furent bannis des casinos, les surveillants ayant achetés les trombinoscopes (livres recensant les étudiants des universités avec leurs photos) et les ayant retrouvé ainsi.

Ben Mezrich a raconté son expérience dans le livre Bringing Down the House, qui a bénéficié d’une adaptation cinématographique produite par Kevin Spacey : Las Vegas 21, sorti en juin 2008 en France.

Al Francesco, l’inventeur du jeu en équipe ?

Retrouvez une interview de Al Francesco, l’inventeur du jeu en équipe.