Le blackjack a longtemps présenté un avantage supérieur à 5% en faveur du casino. Au fil du temps et des statégies, cet avantage a diminué voire s’est inversé au profit des joueurs compteurs de cartes.

Durant des années, les opérateurs de cercles et de casinos proposaient aux visiteurs des tables de black jack, et les joueurs faisaient ce qu’ils avaient à faire : perdre leur argent. La plupart des pertes étaient le fait de joueurs n’ayant aucune expérience du jeu. Les casinos trouvaient leur compte dans ce léger avantage sur les joueurs, même avertis, qui bien souvent ne prenaient pas la peine de comprendre les stratégies du black Jack. Ils y voyaient plutôt un jeu de hasard et ignoraient une éventuelle optimisation ou stratégie. Durant des années, les casinos pouvaient donc se permettre d’ignorer eux aussi les arcanes du jeu qu’ils proposaient. Cela, simplement parce que seulement peu de joueurs étaient à même de faire tourner la partie à leur avantage.

Dans les années 50, tout changea pour les casinos. Un court article de Roger Baldwin consacré à l’analyse des meilleurs moyens de jouer chaque main d’un point de vue mathématique, parut aux Etats-Unis. Cette stratégie de base du black jack indique au joueur l’action la plus profitable mathématiquement selon ses cartes et celle du croupier. Mais à ce moment là, l’avantage est toujours en faveur du casino, à savoir de 1%.

Au cours des années 60, un professeur de mathématique, Edward Thorp, réalisa que le jeu de black jack pouvait en réalité présenter un avantage pour le joueur, si celui-ci avait une idée des cartes encore dans le sabot. Edward Thorp fut l’auteur de la première méthode de comptage des cartes au black jack dans son livre « Beat the dealer ».

Un vent de panique commença à souffler parmi les propriétaires de casinos : la maitrise du jeu était désormais entre les mains des joueurs. Afin que le comptage devienne impossible, les règles du black jack furent prestement modifiées dans tous les casinos de Las Vegas. Le nombre de paquets de cartes utilisés fut changé tout comme la manière de couper et de mélanger les cartes, interdisant ainsi les gains faciles aux spécialistes du comptage. Le problème fut que nombre de joueurs de black jack, qui ne comptaient pas particulièrement les cartes, n’apprécièrent pas du tout ces changements de règles et de leurs habitudes. Ils désertèrent les casinos qui perdirent une source de profit très importante.

Finalement, pour séduire les joueurs mécontents, les casinos assouplirent les règles du jeu et les joueurs revinrent aux tables. La nouvelle s’étant répandue, les nouveaux joueurs « compteurs » se sont alors rués par milliers dans les casinos. Mais pour la plupart novices et inexpérimentés, les joueurs perdirent leur argent, et les casinos ont au final tiré leur épingle du jeu. Le black jack détrônait le craps et devint le jeu de table le plus populaire dans les casinos dès la fin des années 70.

Les raisons de la popularité du blackjack

La grande popularité du Blackjack s’appuie sur une prémisse qui, bien qu’elle soit vraie, reste pour la majorité des joueurs de casino, une sorte de fantasme. Depuis ces découvertes sur la possibilité de battre le Blackjack en casino à l’aide d’un système de comptage, le message lancé à la population est : si vous êtes brillants, vous pouvez vaincre les casinos au Blackjack. La réalité est tout autre et demande beaucoup plus que d’être brillant.

Laissez-moi brièvement vous décrire les étapes qui font d’un joueur un professionnel.

-  Une connaissance parfaite de la stratégie de base pour les règles de la partie qu’il affronte.
-  La maîtrise d’un système de comptage reconnu
-  La capacité d’estimer visuellement le nombre de jeux restant à être distribué et de convertir le RC (compte courant) en TC (vrai compte).
-  La connaissance des indices de jeu qui modifient la stratégie de base en fonction du compte pour le système choisi
-  Une stratégie de mise élaborée pour la partie choisie, tenant compte de plusieurs facteurs dont les règles et les conditions de jeu. Cette stratégie est mathématique et ne relève en rien du hasard.
-  Une banque de jeu calculée en fonction d’un risque de ruine acceptable ainsi que d’un taux de rentabilité donné, tout cela en fonction de la variance associée à la partie ciblée.
-  Une parfaite maîtrise de soi, de ces émotions et de sa concentration en situation de jeu.

Les quelques points énumérés plus haut sont le fruit de centaines d’heures d’entraînement au comptage, à l’apprentissage des indices de jeu, à la lecture et la compréhension de dizaines d’ouvrages traitant du sujet. Une fois ces notions bien comprises, le professionnel passera autant de temps à l’élaboration de sa stratégie de mise en fonction de sa banque de jeu et du risque qu’il est prêt à accepter. Le tout passera par des simulations de millions, voir de milliards de mains simulées afin d’obtenir une prévision juste de la stratégie choisie.

En un mot, une toute petite poignée de gens sont capables d’un tel dévouement et d’une telle passion dans ce jeu qui devient alors un travail.

Combien ai-je vu de jeunes gens dans des casinos, s’installer à la table avec tout juste assez de connaissances pour faire une tentative, mais pas assez pour être des gagnants à long terme. Parce que c’est bien de long terme dont il s’agit. Un joueur professionnel peut passer toute une année dans les casinos et en déplacement à travers le monde sans pour autant avoir un résultat positif douze mois plus tard. J’ai vu des joueurs ne maîtrisant pas suffisamment le comptage, d’autres étant sous-capitalisés, indisciplinés, etc.

Mais, le message demeure…Venez nous visiter et si vous êtes brillant, vous gagnerez. Tout ce qui entoure le comptage des cartes, les compteurs légendaires comme Uston ou encore plus récemment ceux de la célèbre équipe du MIT, rendent encore plus grande cette popularité du jeu de Blackjack et les casinos devraient être reconnaissant envers ces personnages. Les compteurs de cartes sont la plus grande publicité gratuite (ou presque) que les casinos ont pu s’offrir. La vérité est que les compteurs professionnels sont une denrée très très très rare.

Et pour les quelques-uns qui existent…

Les compteurs ne prennent pas l’argent des casinos, ils amènent de l’argent au casino à travers ceux qui essaient de leur ressembler.